• Le PSNM École privée pour filles à Montréal
  • Pavillon du PSNM École privée secondaire à Montréal
  • Façade extérieure du PSNM École privée secondaire à Montréal

MISSION ET VALEURS

La visée du Saint-Nom-de-Marie est d'amener l'élève à être :

  • curieuse,
  • autonome,
  • créatrice de son développement,
  • prête à s'engager dans un monde en mutation

Amener l'élève à développer au maximum ses possibilités personnelles et sociales, à devenir une femme engagée dans les groupes où elle s'insère, voilà la visée éducative du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie. Il convient de souligner que la clientèle du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie est féminine. Par ce choix, l'établissement ambitionne de donner aux jeunes filles un haut niveau de formation. Le succès du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie s'enracine dans une relation éducative entre maître et élèves, relation faite de respect, d'écoute et de saine rigueur.

Notre mission

Offrir le plus haut niveau d’éducation et développer le plein potentiel des jeunes filles qui façonneront le monde de demain

Le Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie forme des jeunes filles depuis un siècle. Forte de son expérience, l'institution a su s'adapter à l'évolution fulgurante d'une société toujours en mouvance. La direction et le personnel enseignant partagent une même volonté de mener à bon port les élèves en leur donnant une formation générale solide dans laquelle elles puiseront les savoirs nécessaires à leur vie future.

Nos valeurs et nos convictions

Le sens du partage, le souci des autres, la conscience des inégalités sociales, tout cela fait partie du bagage que nous transmettons à nos élèves. Nous insistons pour qu'elles développent leur sens des responsabilités. Et si à cet âge, elles ont besoin de balises claires, nous savons que c'est par l'expérimentation qu'elles apprennent à se connaître et à prendre confiance en elles.

Nous sommes exigeants, mais cohérents dans nos demandes auprès des élèves. Elles apprennent l'importance de l'effort et de la rigueur intellectuelle. Elles savent à quel point la pensée unique peut être nuisible à une société et que vivre à l'échelle planétaire demande une grande ouverture d'esprit. Devenir citoyenne du monde ne s'apprend pas en un mois, ni même en un an. C'est au jour le jour qu'on apprend à le devenir.