• Le PSNM : collège privé pour filles à Montréal
  • Le Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie : école privée pour filles à Mo

Tenue vestimentaire : le point sur la situation au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie

Rappel de la situation

Une situation concernant le code vestimentaire est survenue jeudi lors d’un événement de la vie étudiante. Une intervention bienveillante a été effectuée auprès d’une élève. En lien avec cette situation, une pétition, instiguée par des élèves et réclamant le droit de choisir de porter ou non un soutien-gorge au PSNM, circule présentement sur le Web. La nouvelle a rapidement fait le tour des médias.

Des filles engagées

Tout d’abord, nous sommes fiers de voir que nos filles sont engagées et qu’elles souhaitent prendre des mesures afin de faire valoir leurs idéaux. Il est d’ailleurs clairement établi dans notre projet éducatif que nous souhaitons former des citoyennes du monde engagées, ayant un jugement critique et questionnant certains principes établis.

Rectification de certains éléments qui circulent

Nous souhaitons tout de même rectifier certains éléments qui circulent :

• D’emblée, nous rappelons que le code vestimentaire vise avant tout à établir certaines balises pour le mieux-vivre ensemble et à éviter des dérapages. Il ne comporte aucune mention au sujet du port des sous-vêtements.
• Il est important de savoir que l’intervention n’a pas été effectuée en réaction à la demande ou au malaise d’un enseignant masculin.
• Il s’agit, en tant qu’école, d’enseigner à nos élèves à vivre dans une société dans laquelle existent des codes et certaines règles à respecter. Ces codes seront d’ailleurs présents tout au long de leur parcours scolaire et sur le marché du travail.
• Le personnel se doit donc d’intervenir lorsqu’une tenue est jugée inadéquate (tout en étant conscient que l’on tombe alors dans le domaine du subjectif).
• Dans de tels cas, plusieurs options sont proposées et l’élève, fille ou garçon, n’est pas expulsé.
• Nous sommes conscients que l’interprétation des règlements peut parfois être subjective et créer des insatisfactions, des incompréhensions et des malentendus.
• C’est par éthique et par respect des élèves et des membres du personnel que le Pensionnat ne commente pas les situations spécifiques.


Un mouvement positif et la poursuite du dialogue

Il y a, dans cette situation, quelque chose de plus grand que l’école, c’est-à-dire un débat de société. Nous constatons, chaque jour, que les filles s’engagent et s’impliquent dans plusieurs causes, qu’elles souhaitent être entendues et créer un mouvement de changement, ce qui est positif.

Comme nous l’avons mentionné aux élèves, notre porte est toujours ouverte. Nous avons à cœur de comprendre leur réalité et de maintenir le dialogue. C’est en communiquant que l’on parvient à éviter les malentendus et à faire avancer les choses, ensemble.

Des discussions et des réflexions très positives ont d’ailleurs déjà été entamées avec nos élèves.


Préconiser l’égalité entre les femmes et les hommes

Notre école est fière de préconiser l'égalité entre les femmes et les hommes et nous souhaitons, justement, que nos élèves prennent conscience qu’elles ont toutes les chances de réussir, sans égard à leur genre. Nous encourageons d’ailleurs les filles à explorer également les domaines et les métiers à prédominance masculine, à jouer tous les rôles, à ne pas se limiter aux stéréotypes et à les combattre. Nous participons, entre autres, à des projets comme le Défi Technovation, qui promeut la place des femmes dans l’univers du codage et des applications mobiles. Nous accordons une importance particulière à l’estime de soi et à la promotion d’une image positive du corps, par exemple par l’entremise d’ateliers, de conférences et de plusieurs projets dans différents cours.

Toutes nos actions sont teintées de ce souhait sincère de créer un environnement dans lequel nos élèves peuvent s’épanouir, se sentir écoutées, comprises et valorisées.


Yves Petit, directeur général

  

PSNM_Facade_i.jpg